Croix Celtique : signification et origine

Les anciens Celtes, qui ont vécu en Grande-Bretagne et en Irlande de 500 avant J.-C. à 400 après J.-C., considéraient que leurs symboles et signes celtiques détenaient un pouvoir incroyable et significatif. Ils étaient convaincus que ces derniers avaient une grande importance dans leur vie.

Ceci est valable également pour la célèbre croix celtique. Symbole qui rayonne dans toute l’Europe et au sein des nations celtes.

Les histoires qui se cachent derrière les symboles celtiques ont été perpétuées de génération en génération, avec l’aide de bardes et de conteurs, permettant ainsi à l’héritage celte de perdurer à travers les âges.

Aujourd’hui, nous allons vous aider à comprendre les origines et la signification d’un des plus importants vestiges de la culture celte : la Croix Celtique, connue aussi sous le nom de Haute Croix Celte.

Les origines de la Croix Celte

On trouve encore aujourd’hui, des croix celtique dans de nombreux cimetières et lieux de cultes anciens, aussi bien en Écosse qu’en Irlande, ainsi qu’au Pays de Galles, en Angleterre, en Bretagne, en Europe et au-delà. Il est incontestable que la croix celtique est un symbole emblématique de la période Celte, elle représente ce qui fût, à l’époque le christianisme celte.

Il semblerait que Saint Patrick ait été celui qui a apporté la croix celtique dans son pays, lors de sa conversion des croyances païennes au christianisme. Saint Patrick est aussi le protecteur de la ville de Dublin.

Certains pensent également que c’est Saint Columba ou Saint Declan qui a introduit la croix celtique au sein du peuple celte.

Les versions diffèrent, mais la croix celtique, elle, perdure.

Croix Celtique : des origines anciennes

Si la croix celtique symbolise la chrétienté, elle trouve également ses racines dans des traditions païennes anciennes.

La croix celte est composées d’un cercle de pierre qui se trouve au sommet de la plupart des croix, avec quatre branches qui partent chacune dans une direction. On pense qu’il s’agit d’un symbole solaire, qui est devenu un motif divin pour les Celtes. Ce peuple étant habitué à célébrer la nature, très présente dans leurs vies.

Une explication simpliste, est de dire que Saint Patrick se serait inspiré du symbole du soleil qu’il aurait superposé au symbole de la croix. Ainsi naquit la croix celtique.
De nombreux experts se sont intéressés à la croix celtique. Ils lui ont attribué de nombreuses significations, aussi bien à ses bras qu’à son cercle. Cela dit, la culture celte était principalement orale, la transmission se faisait par la parole. C’est pourquoi il est difficile de faire autre chose que de l’interprétation lorsque l’on tente d’expliquer le symbolisme de la croix celtique.

L’une de ces significations principale est que la croix représenterait les différents moments de la journée : matin, midi, soir, minuit.

Une autre possibilité est que la croix marquerait des lieux de rencontre où se trouve l’énergie divine, du moi, de la nature, de la sagesse et de la divinité.

Bien sûr, une des interprétations évidentes est que la croix symboliserait les points cardinaux : le nord, le sud, l’est et l’ouest ; ou les éléments (la terre, l’air, l’eau et le feu).

Il faut savoir que même les Amérindiens l’employaient comme symbole pour leur roue de la médecine. La roue du soleil aussi nommée croix d’Odin, est un symbole fameux de la mythologie des pays du nord de l’Europe. Mythologie qui se mêle parfois avec la mythologie celte.

Vous trouverez intéressant le fait que les habitants chrétiens d’Égypte avaient également utilisé une forme semblable à celle des croix celtes, pour leur propre croix.

Elle avait le cruciforme à l’intérieur d’un cercle, un bras inférieur plus long, puis une croix sous le cercle.

La forme qu’ont aujourd’hui les croix presbytériennes est aussi inspirée de la croix celtique, avec des extrémités évasées au bout des branches.

L’auteur et navigateur Crichton Miller a démontré que cette forme aurait pu être utilisée comme un dispositif de navigation et une aide architecturale par les explorateurs et les constructeurs de l’Antiquité.

Que symbolise la croix celtique irlandaise ?

Revenons un instant sur la signification du cercle de la croix d’Irlande.

  • Certains disent qu’il est à l’image du dieu romain Invictus (symbole du soleil), donnant ainsi le nom de Croix du Soleil celtique.
  • D’autres disent qu’il symbolise l’auréole de Jésus-Christ.
  • D’autres prétendent que c’est un vestige de ses racines païennes en tant que symbole du soleil.

Un moine basé à St. Brigid’s Well à Kildare, en Irlande a d’ailleurs fait une déclaration fascinante sur les différents symboles païens qui se mêlent au christianisme celtique.

Il pensait que sans ces marqueurs fondamentaux, le christianisme celte serait aurait été une voie spirituelle moins riche qu’elle ne l’était. Il était très heureux de ces aspects, car ils l’aidaient à préserver la connexion avec la terre et la nature.

Les hautes croix celtes étaient populaires aux VIIIe, IXe et Xe siècles en Irlande, et étaient souvent construites pour commémorer des personnes ou des lieux célèbres.

Avec le temps, elles ont commencé à arborer des sculptures plus élaborées, racontant parfois des histoires de scènes bibliques.

Il existe une croix très connue située à Clonmacnoise, en Irlande. Il s’agit de la Croix des Écritures. Elle est décorée d’images tirées de la Bible, comme la Cène, la Crucifixion et la Garde du Tombeau.

L’habitude de conter les récits complexes par l’art de sculpter serait inspiré des sculptures romaines. Si de nombreux motifs stylisés sur les pierres pictes sont encore un mystère, certains dévoilent des histoires de batailles et d’événements.

Il y a de nombreuses hautes croix dans toute l’Irlande, la majorité de celles qui sont encore visibles sont celles des pierres tombales, résultat d’une mode, vers les années 1850, qui consiste à les utiliser comme monuments pour honorer un mort.

La Croix Celtique a traversé les âges et les temps. Elle s’est enracinée partout où les celtes, puis les anglais ou irlandais, ont débarqué, aux États-Unis, au large de l’Australie ou de la Nouvelle-Zélande. Ils ont réussi à faire voyager et vivre au-delà des frontières, apportant la magie de la croix celtique..

Les croix celtes ont été construites au Moyen-Âge par les premiers chrétiens et ont servi à de nombreuses fins. Comme la plupart des Irlandais de cette époque étaient analphabètes, les ecclésiastiques utilisaient les motifs ornés des croix comme support pédagogique pour expliquer les histoires de la Bible.

  • La hauteur impressionnante de ces croix signifiait également qu’elles étaient idéales pour marquer les terres sacrées.
  • Les hautes croix étaient également utilisées comme des étalages de richesse par les classes aisées.

Comment interpréter les motifs celtes ?

Les symboles celtes sont nombreux. Vous en connaissez sûrement quelques-uns :

  • Le triskel
  • La Croix Celtique
  • La spirale
  • Le nœud Celtique
  • La boucle continue

Même s’il subsiste peu de traces écrites concernant le sens et l’interprétation des motifs celtes, grâce aux vestiges que l’on peut voir encore aujourd’hui, notamment sur l’architecture de monuments et lieux religieux, il est possible d’interpréter les motifs celtes.

Les motifs celtes répondent aux récits mythologiques de cette culture. C’est pourquoi on retrouve les marqueurs de l’iconographie celte avec notamment la présence des dieux et déesses, les esprits, les entrelacs, ainsi que des scènes tirées de la nature et de la mythologie.

Qui n’est pas familier du symbole du triskel ? Il représente à lui seul la Trinité qui est porteuse du concept d’éternité. Rappelons que la Trinité est constituée du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Ce motif celte est si ancré dans la mémoire collective, qu’il est devenu partie intégrante du décorum chrétien. Mais sa portée va bien au-delà. C’est pourquoi il est aujourd’hui plébiscité par les Bretons. On le retrouve également sur bon nombre de bijoux célébrant la culture celte.

Pourquoi peut-on voir des croix celtiques en Bretagne ?

Vous ne le saviez peut-être pas, mais la Bretagne est considérée comme faisant partie des nations celtes qui sont donc la Bretagne, l’Irlande, l’Écosse, l’Angleterre, les Cornouailles Britanniques, le Pays de Galles et l’île de Man.

Si la Bretagne est considérée comme une nation celte, c’est tout simplement parce que cette région a été largement influencée par la culture celte. C’est pourquoi il est possible, même encore aujourd’hui, de voir des Croix Celtiques en Bretagne.

Cependant, il faut souligner qu’il existe peu de spécimens de Croix Celtiques originaux datant de l’époque du Moyen-Âge, et qui sont encore visibles en Bretagne.

L’une des croix celtiques anciennes que vous pouvez encore voir, se trouve dans la très jolie commune de Saint-Cado. Ce lieu absolument magique, donne à voir une croix celtique qui a été érigée au XIIe siècle. Il vous suffit de vous rendre dans le Morbihan pour la voir.

La seconde Croix Celtique ancienne que vous pourrez voir en Bretagne est celle de Tressaint, un village des Côtes du Nord. Elle date du XVe siècle. Elle possède un signe distinctif très intéressant avec ses 5 nodules qui sont sculptés sur la face ouest de la croix. Il semblerait que ces 5 nodules soient la représentation des 5 plaies du Christ.

Même si la culture celte a laissé un certain héritage en Bretagne, il faut quand même dire que, d’après certains experts, le peuple celte aurait eu de grandes difficultés à s’intégrer en Bretagne. Les Bretons sont, en effet, reconnus pour avoir un caractère et une identité bien trempés. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils ont pu résister aux invasions vikings, aux Anglais et aux Romains.

La Croix Celtique : l’héritage d’une culture

Les Celtes étaient un peuple fier et digne et ces attributs étaient importants pour raconter leur histoire. Le conte est une caractéristique de la culture celtique qui a survécu et a eu un impact important sur le monde moderne.

Chaque tribu avait un barde (narrateur musical) qui racontait des histoires d’amour et les actions héroïques de leurs guerriers et chefs, comme on peut les retrouver dans les récits des légendes arthuriennes.

Même s’il existait une forme d’écriture, la tradition de la transmission était orale. C’est pourquoi il existe si peu de traces de la culture celte. Cette histoire a tant disparu en raison des pertes subies lors des grandes guerres, il ne reste pas beaucoup de littérature et les personnages ne sont plus là pour conter leurs récits, ni transmettre leur connaissance. La seule écriture des Celtes de cette époque est le « Livre de Kells », écrit par des moines celtes.

Pourtant, s’il y a bien, encore aujourd’hui, une manifestation très concrète de la culture celte, elle se trouve incontestablement dans la présence de la Croix Celtique, et ce, dans plusieurs pays.

La croix celtique est la manifestation d’une certaine vision de la pratique « religieuse » et des croyances celtes, qui étaient originellement très proches de la nature. Les habitants avaient pour habitude de se retrouver autour d’une croix celte, pour y faire des rites et se rassembler autour d’un lieu sacré et divin.

Puis, quand le christianisme est arrivé, les rites ont un peu évolué, tout en conservant les habitudes celtes.

La façon de travailler et de sculpter les croix a aussi changé. Si les motifs celtes, entrelacs et triskels ont perduré, peu à peu, on a vu apparaître des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament sur les différentes faces des croix celtes.

Là où l’on avait des motifs de nœuds celtes qui étaient à l’image de l’interconnexion de la vie et de la place de l’homme dans l’univers, on a vu apparaître des personnages bibliques.